| Publié dans Consommation et tendances

Le numérique est partout : apprenez à vous déconnecter

L’impact du web des années 90 sur nos us et coutumes n’est plus le même aujourd’hui, et ce, depuis sa démocratisation. Dans la rue, au restaurant, chez les amis et la famille, au travail, les supports de communication sont partout. Du réveil au coucher, nous possédons et utilisons au minimum deux supports connectés (smartphone, ordinateur, tablette, téléviseur, montre, etc.).Technophiles, générations Y et Z, il serait bénéfique de vous concentrer de temps en temps aux plaisirs simples de la vie. Comment se déconnecter du numérique et des NTIC* tout en se faisant plaisir ? Voici ci-après quelques astuces.

 

Dépendance du numérique : des astuces pour vous déconnecter

Dépendance du numérique : l’exemple du smartphone

Addiction au smartphone : un réel constat

 

Le smartphone est de loin le support de communication le plus utilisé. Qu’est-ce qui ressort de l’enquête de consommation Deloitte intitulée « Global Mobile Consumer Survey » ?

Les Français auraient une « relation de plus en plus fusionnelle avec leur » mobile. Voici, ci-après, quelques chiffres flagrants de cette évolution de consommation.

  • 77 % possèdent un smartphone, pourcentage dépassant pour la première fois celui des ordinateurs.
  • 41 % le consultent au milieu de la nuit.
  • 20 % – dont 40% appartenant aux 18-24 ans – ont tendance à le vérifier moins de 5 minutes après le réveil.
  • Ces mêmes 18-24 ans utilisent leur smartphone 50 fois par jour environ.
  • 84 % des Français utilisent leur téléphone devant la télévision (films ou autres).
  • Le smartphone est de plus en plus prisé dans les transports : 49 % en 2016 contre 30 % l’année précédente.

D’autres chiffres sont beaucoup plus alarmant face à l’omniprésence du numérique.

  • Des comportements à risque sont de plus en plus visibles: 58 % des Français utilisent leur smartphone au volant d’un véhicule et 66 % en traversant la rue.
  • Bien que support de communication, les smartphones peuvent, a contrario, affecter les relations sociales. En effet, 81 % déclarent user de leur mobiles durant les repas de famille et amis et 43 % des 18-24 ans sont souvent en conflit avec leurs parents face à la place qu’a le mobile dans leurs faits et gestes.

Omniprésence du numérique : comment se déconnecter au travail ?

 

Omniprésence du numérique : apprenez à vous déconnecter

 

Entre les mails, téléphones professionnels, déplacements – si vous en faites – horaires de travail décalés, responsabilités du poste, télétravail, heures supplémentaires, etc.,  vous ne savez plus où donner de la tête. Vous êtes tellement connectés que mêmes en congés – maladie, vacances – ou encore hors des « horaires de bureau », il vous arrive de consulter vos messages professionnels.

Le droit à la déconnexion

 

Vie professionnelle et vie privée : le droit à la déconnexion

 

Avez-vous entendu parler de ce droit ? En vigueur depuis le 1er janvier 2017, le droit à la déconnexion a pour but principal de permettre à tout salarié de jouir de sa vie privée non impactée par sa vie professionnelle. Non clairement formalisé dans les textes, ce droit sera étudié durant les négociations entre partenaires sociaux afin de se mettre d’accord sur ses modalités.

Omniprésence du numérique : comment se déconnecter hors de son lieu de travail ?

Omniprésence du numérique : le retour à l'essentiel

 

En dehors du travail, aucune loi, ni de projet de loi, n’aide à amoindrir l’impact du numérique dans la vie des consommateurs. Il revient donc à ces derniers – un peu comme les bonnes résolutions prises à chaque nouvelle année – d’être raisonnable quant à l’usage de ses supports numériques. Voici quelques astuces** vous permettant de sortir de cette emprise digitale.

  1. Faites un bond en arrière : privilégiez tout ce qui sort des « technologies ». Prenez un livre, organisez des sorties culturelles, de plein air, faites du sport, cuisinez, faites des jeux de société.
  2. Réorganisez votre intérieur afin que la télévision ne soit pas le cœur du foyer.
  3. Privilégiez des sorties entre amis ou en famille qu’une soirée passée sur les réseaux sociaux.
  4. Faites le point sur ce qu’il y a à faire chez vous. Tri, rangement, retouches, tout est bon à prendre pour vivre dans un meilleur espace.
  5. Prenez du temps pour vous : vous pouvez tout aussi bien vous détendre dans un spa, sur une terrasse entre proches ou dans un parc plutôt que devant votre télévision ou autre écran.
  6. Si vous êtes joueur et que vous aimez les défis, voici un petit exercice qui pourrait vous faire le plus grand bien. Sur la base d’une journée par exemple, notez le nombre de fois où vous interagissez avec vos écrans : smartphone, TV, ordinateur, tablette et autres objets connectés. Puis, et les jours qui suivent, mettez-vous des limites, donnez-vous des défis. Progressivement, vous obtiendrez des résultats et peut-être vous y trouverez un bénéfice, un bien-être, autre que technologique. Pendant que vous diminuez vos interactions « high tech », essayez simultanément d’augmenter vos interactions sociales et « non high tech ». Ceci pourrait vous aider à trouver un équilibre entre les deux. Qui est partant ? Vous pouvez le faire à plusieurs pour ceux qui ont du mal à se motiver seuls.

 

Les NTIC rendent aussi vite service qu’elles asservissent. Dans l’idéal, il serait bien de profiter de la vie et des bienfaits qu’apporte la technologie sans pour autant y être « accro ». Pensez à vos amis, votre famille, votre santé – et parlons-en du burn-out –, libérez-vous de temps à autres de vos appareils et concentrez-vous sur l’essentiel.

 

NB :

Étiquettes : , , , , , , ,