| Publié dans Consommation et tendances

La quinzaine du compostage : focus sur une activité domestique aux nombreux avantages

Récemment, nous vous parlions des écogestes permettant de réduire notre impact négatif sur l’environnement et des applications mobiles destinées à nous faire économiser de l’argent… Or, il se trouve qu’il existe une pratique à la croisée de l’écologie et des économies : le compost, qui sera à l’honneur de la quinzaine du compostage,  pour l’instant prévue du 28 mars au 2 avril.

Saviez-vous que la loi de transition énergétique prévoit une généralisation du tri à la source des biodéchets d’ici 2025 ?

En 2019, la quinzaine du compostage a donné lieu à plus de 1000 animations dans 656 communes et, depuis qu’elle a été lancée en 2014 par le réseau « Compost citoyen », son succès grandit d’année en année.

Cette année encore, des événements sont prévus dans toute la France : ateliers, conférences, formations, visites et autres animations organisées pour sensibiliser les citoyens à la nécessité du traitement individuel et collectif de ces déchets.

Les mesures de précautions prises contre le coronavirus inciteront peut-être au report de ces événements, mais, qu’à cela ne tienne, ce sera l’occasion de se pencher sur une activité à domicile dont les atouts sont nombreux !

 

compostage

 

Qu’est-ce que le compostage des biodéchets ?

Le compostage est un processus naturel de dégradation et de valorisation des matières organiques. Il se produit sous l’effet de bactéries, de champignons, d’insectes, d’eau et d’oxygène. Il en résulte, au final, un matériau semblable au terreau, qui est un excellent fertilisant naturel pour la terre, contenant notamment de l’azote, du phosphate et du potassium.

Un tel processus peut être réalisé à l’échelle individuelle (on parle alors de compostage domestique), mais aussi au sein d’une résidence ou d’un quartier (on parle alors de compostage collectif). Dans les deux cas, il nécessite la mise en place d’un dispositif de stockage et de dégradation des déchets organiques.

 

Pourquoi les particuliers ont-ils un intérêt à produire du compost ?

L’intérêt le plus évident est d’ordre financier, car le compost permet de remplacer gratuitement et efficacement le terreau dans les jardins, pots et jardinières, et donc, de faire des économies. Sans compter que, si tout le monde pratiquait le compostage, on pourrait imaginer, à terme, une diminution des taxes d’enlèvement des poubelles.

Mais ce n’est pas tout ! Le compostage permet également de créer de nombreuses dynamiques positives au sein du voisinage, d’améliorer la qualité de vie en réinstaurant des circuits plus locaux et plus naturels pour les matières organiques, ou encore d’augmenter sa propre production de fruits et légumes tout en maîtrisant sa qualité.

Par comparaison avec les engrais chimiques, le compost a d’ailleurs l’avantage de libérer les éléments de fertilisation de la terre de manière beaucoup plus progressive et de permettre une meilleure circulation de l’eau dans les sols.

 

Quel est l’impact du compostage sur l’environnement ?

Les déchets alimentaires et les déchets de jardin contiennent en moyenne 80 % d’eau. Ils n’ont donc pas toujours vocation à atterrir en déchetterie, puisque leur enfouissement ou leur incinération est en grande partie évitable. À terme, la généralisation du compostage pourrait ainsi entraîner 30 % de poubelles en moins.

Du reste, le compostage à domicile réduit considérablement les distances parcourues par les déchets organiques lors de leur traitement. Composter, permet en effet de remettre en terre les matières organiques sur le lieu de leur consommation, donc sans avoir à les transporter.

Enfin, le compost est un gage de relocalisation de la production d’aliments naturels et un allié de poids pour la culture biologique.

 

Quand et comment utiliser le compost ?

Le matériau qui résulte du compostage est plutôt destiné à être épandu à la surface du sol, après avoir l’avoir ameubli, plutôt qu’à être enfoui en profondeur. Pour les légumes les plus gourmands en amendement (courges, melons, aubergines, tomates, courgettes…), on peut éventuellement introduire du compost dans le trou de plantation.

Quoi qu’il en soit, il est recommandé de procéder à cet épandage à l’automne ou au printemps (quelques semaines avant les semis), périodes auxquelles les vers de terre sont les plus actifs. Mais on conseille aussi de réintroduire régulièrement des petites doses pour remplacer les pertes d’éléments minéraux liées aux pluies.

Durant l’été, il peut également être utile de se servir du compost comme paillage, notamment avant les grosses chaleurs.

Du reste, on n’y pense pas toujours, mais le compost peut aussi servir à revigorer une pelouse, des arbres ou des plantes ornementales.

 

Comment faire progresser les pratiques de compostage dans la société ?

Actuellement, plus de 50 % des Français compostent déjà. Mais ce n’est pas suffisant. Or, comme c’est le cas pour la plupart des actions écoresponsables, leur généralisation passe par la sensibilisation des citoyens.

D’où l’intérêt d’événements comme la quinzaine du compostage, qui permettent d’informer les gens, de fédérer les bonnes volontés et de mettre à la disposition de ceux qui le souhaitent les moyens de réaliser leurs objectifs.

Le réseau « Compost citoyen » a d’ailleurs mis en ligne une carte destinée à recenser les lieux de compostage collectif en France.

Allez y jeter un coup d’œil et vous constaterez qu’ils sont déjà nombreux. Il y en a même sûrement dans votre ville. Et, s’ils devaient être reportés, voilà une bonne occasion de prendre de l’avance et de commencer à vous exercer de votre côté avant d’aller échanger avec votre voisinage.

Étiquettes : , , , , , ,