| Publié dans Actualités et normes du monde financier, Consommation et tendances

La Caution Visale : une nouvelle relation entre locataires et propriétaires

La recherche d’un logement continue d’être un vrai challenge, surtout dans les grandes agglomérations. Comment se faire sélectionner par un propriétaire ? Un bon profil au niveau personnel, un contexte favorable au niveau professionnel, des revenus garantis et tout cela accompagné d’une pincée de chance !

A l’inverse, sans avoir un dossier idéal, signer un contrat de location n’est pas une mince affaire. Étudiant, sans emploi, contrat à durée déterminée, intérimaire… il est difficile de rassurer avec un manque d’éléments solides à faire valoir. Mais que faire avec peu de moyens ou une situation pas encore tout à fait  stable ? Depuis Janvier 2016, la solution peut venir de la Caution Visale !

Mais La Caution Visale c’est quoi ? Un petit coup de pouce ! Ce dispositif est géré par Action Logement, un acteur de référence du logement social en France, qui a pour mission de faciliter l’accès à une habitation pour favoriser l’emploi. L’objectif principal de ce soutien, rassurer les propriétaires sur les dossiers dits « à risque » en les protégeant contre les impayés. Un gain de confiance pour les locataires, un gain de sécurité pour les loueurs !

 

Qui est concerné par la Caution Visale ?

  • Les moins de 30 ans, tout type de statut (salariés, chômeurs, étudiants, fonctionnaires) à l’exception des étudiants non boursiers qui sont rattachés au foyer fiscal de leurs parents.
  • Les salariés de plus de 30 ans du secteur privé (hors agricole), sous tout type de contrat (CDD, intérimaire, contrat aidé, période d’essai, promesse d’embauche…) en poste depuis moins de 6 mois
  • Et les ménages qui ont fait une demande de logement via une association d’intermédiation locative.

D’autres caractéristiques rentrent en compte notamment en ce qui concerne le loyer. Les étudiants peuvent être éligibles à la Caution Visale seulement si le montant du loyer ne dépasse pas 425 €.

Dans le cas où cette limite est dépassée, la part de loyer revenant au locataire (qui correspond à la différence entre le coût du logement et le revenu perçu) ne devra pas être supérieure à 50 %. Le taux sera le même pour les autres catégories de locataire mais avec une limite différente qui s’élèvera (charges comprises) à 1500 € sur Paris et sa région et 1300 € dans le reste de la France.

Quelles sont les différentes étapes ?

  • Inscrivez-vous sur Visale.fr et remplissez une fiche d’information (La demande est validée par Action Logement qui délivre un visa dans les deux jours ouvrés).
  • Le propriétaire doit créer un espace personnel et renseigner ses informations concernant le logement et le bail.
  • Un contrat de cautionnement est établi et doit être validé.

Dès validation, le paiement des loyers est garanti durant les trois premières années du contrat de location. Cependant, le dispositif ne retire pas la responsabilité des deux signataires du contrat. Les droits et les devoirs doivent être respectés. Même si les impayés sont pris en charge,  les locataires se doivent de rembourser la totalité, dans le cas contraire le bail peut être résilié.

 

Plus d’informations, consulter le site d’Action Logement.

 

 

 

 

 

Étiquettes : ,