| Publié dans Consommation et tendances

Le Saviez-vous ? 4 faits insolites sur l’Épiphanie

Le 6 janvier, tous les pays de tradition chrétienne célèbreront la venue du Christ sur terre et sa reconnaissance par les Rois mages. On appelle cette fête présente dans le monde entier l’Épiphanie ou la Théophanie. Mais, avant de partager la célèbre galette des rois, êtes-vous sûr de tout savoir sur ce rite ancestral ? Voici 4 faits insolites que beaucoup de gens ignorent et qui éclairent certains aspects de la Fête des rois.

 

épihanie

La fève du gâteau des rois tire son origine d’une fête païenne

Si l’épiphanie est aujourd’hui une fête incontournable du calendrier chrétien, l’origine de cette fête est bien plus ancienne que l’arrivée du Messie parmi les hommes. Comme Noël, elle reprend des traditions païennes et en particulier celle de la fête romaine des Saturnales. Cette célébration antique du dieu Saturne durait sept jours, durant lesquels on abolissait les barrières sociales dans un contexte de grandes réjouissances populaires. La hiérarchie entre les hommes était ainsi renversée de manière parodique : les esclaves commandaient leur maître, le travail cessait, les exécutions étaient suspendues et… on tirait au sort un roi parmi les jeunes soldats, à l’aide d’une fève.

Le monarque provisoire jouissait du pouvoir de commander pendant toute la durée de la fête. C’est de cette coutume que provient notre tradition de « tirer les rois ». Mais, une fois la fête terminée, tout rentrait dans l’ordre. Le soldat redevenait soldat, l’esclave repassait au service de son maître et le condamné à mort voyait sa sentence appliquée.

En 2019, l’Épiphanie sera exceptionnellement fêtée le même jour dans tous les pays

D’après le calendrier officiel, l’Épiphanie est fêtée le 6 janvier. C’est l’Église catholique qui a fixé cette date dans les Normes universelles de l’année liturgique, annexées au Missel romain. Elle correspond à la date de l’adoration de l’enfant Jésus par les Rois mages. Mais, dans certains pays, ce jour n’est pas férié. C’est par exemple le cas en France, où, depuis 1802, il n’y a plus que quatre fêtes chrétiennes associées à un jour férié : Noël, Ascension, Assomption et Toussaint. Dans ces pays, la papauté a donc autorisé le clergé à célébrer l’Épiphanie le deuxième dimanche après Noël, afin de permettre aux fidèles d’assister à la messe donnée pour l’occasion.

 

rois mages
« L’adoration des Rois Mages » (Andrea Mantegna, vers 1431)

 

Ainsi, en Espagne, en Italie, en Croatie, en Grèce, en Autriche ou encore en Bulgarie, la fête des rois a lieu tous les ans le 6 janvier. Mais, dans des pays comme la France, la Belgique, le Portugal ou le Royaume-Uni, elle est célébrée lors du dimanche compris entre le 2 et le 8 janvier.

Or, en 2019, hasard du calendrier, le 6 janvier tombe un dimanche. Cette année, on tirera donc les rois le même jour dans tous les pays de culture chrétienne.

La Galette des rois a été interdite à l’époque de la Révolution française

En 1794, durant l’épisode de la Terreur qui a fait suite à la Révolution de 1789, la Convention nationale a décrété l’interdiction du gâteau des rois. Lors de sa séance du 6 janvier (17 nivôse an II de la République) la Commune de Paris a même demandé aux comités révolutionnaires des différentes communes françaises de « découvrir et surprendre les pâtissiers et les orgies dans lesquelles on fête et on fêtera l’ombre du dernier tyran ». Pas question pour les dirigeants de l’époque de laisser perdurer au sein de la République une tradition célébrant la Royauté !

 

galette des rois

 

Mais cette interdiction a eu peu d’effet sur le peuple, qui n’entendait pas abandonner une tradition ancrée dans les mœurs depuis si longtemps. L’année suivante, face à ce constat d’échec, la Convention a finalement créé la « fête du bon voisinage » et a autorisé le « gâteau de l’égalité ». Il s’agissait tout bonnement d’une galette des rois sans fève, pour ne pas avoir à élire de roi.

Peu à peu, le gâteau des rois a retrouvé sa place dans les habitudes françaises, mais sa version sans fève perdure encore aujourd’hui dans un cas exceptionnel : elle est offerte tous les ans au Président de la République. Toutefois, les tensions entre République et Fête des rois n’ont pas totalement disparu, comme en témoigne l’interdiction récente de la galette dans plusieurs écoles, au nom du respect de la laïcité.

En Espagne, La Fête des Rois est l’équivalent de Noël

En Espagne et dans les pays de culture hispanique, on est généralement plus soucieux qu’ailleurs du respect des traditions catholiques. Les Espagnols s’offrent donc les cadeaux de Noël le 6 janvier, puisque c’est le jour où les Rois mages ont apporté leurs présents à Jésus : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. C’est le soir du 5 janvier, et non celui du 24 décembre, que les enfants espagnols laissent leurs petits souliers en évidence pour espérer y retrouver des cadeaux le lendemain matin. Force est de constater que cette coutume est plus en accord avec le Nouveau Testament.

La veille de l’Épiphanie, la tradition veut qu’un défilé ait lieu dans toutes les villes hispaniques pour récréer le parcours des Rois mages. On appelle ce défilé la Cabalgata de los Reyes Magos. C’est l’occasion de prendre part à des danses, d’écouter de la musique dans les rues et surtout d’assister à l’arrivée de Melchior, Baltazar et Gaspar sur les chars somptueux du cortège ou parfois à dos de cheval.

Étiquettes : , , ,